Naïma Charaï

Conseillère régionale d’Aquitaine depuis 2004, Naïma Charaï est également députée suppléante aux côtés de Noël Mamère depuis 2007.

Très investie dans le secteur associatif, elle mène un combat quotidien en faveur des droits des femmes et des minorités. Membre du conseil d’administration de l’Acsé depuis 2008, son expérience de terrain lui permet de concourir efficacement à la compréhension et au soutien des missions de cette agence.

 

UNE CARRIÈRE POLITIQUE AU SERVICE DE L’ÉGALITÉ

Née le 4 octobre 1972 à Douar Karia M’tioua, dans la région du Rif (Maroc), Naïma Charaï est déléguée aux solidarités, à la lutte contre les discriminations et à l’égalité femme-homme au Conseil régional d’Aquitaine. 
Diplômée en psychologie sociale, elle s’engage très tôt dans le milieu associatif comme bénévole au sein de la Mission France de  Médecins du monde pour faciliter l’accès aux soins des personnes en situation de très grande précarité. Elle s’investit très vite dans la prévention des risques de toxicomanie pour devenir coordinatrice d’un réseau de soins. En 2001, elle fonde et dirige une association de soutien aux prostituées : Information, Prévention, Proximité, Orientation (IPPO).

En mars 2004, elle est élue pour la 1ère fois conseillère régionale au Conseil régional d’Aquitaine, et devient déléguée à la politique de la ville. En 2008, elle met notamment en place un programme de lutte contre les discriminations, avec recrutement paritaire et CV anonymes. Elle est réélue en mars 2010 et devient déléguée aux solidarités, à la lutte contre les discriminations et à l’égalité femme-homme.

En 2007, elle devient une première fois députée suppléante de Noël Mamère sur la 3ème circonscription de la Gironde.

 

DES ENGAGEMENTS ASSOCIATIFS ET PERSONNELS DE LONGUE DATE

En 2010, elle s’illustre sur le plan national par son combat pour « les Oubliés de la République », c’est-à-dire les milliers d’anciens combattants, issus des anciennes colonies françaises, qui attendent de percevoir une pension militaire de retraite équivalente à celle de leurs frères d’armes français.

En 2012, elle est à l’initiative du vote par le Conseil Régional d’Aquitaine du « Pass Contraception », permettant l’accès aux jeunes filles et garçons à trois mois de consultations anonymes et gratuites auprès d’un médecin généraliste ou d’un gynécologue, renouvelable une fois.

En 2006, elle accède à la présidence de la Commission nationale de lutte contre les discriminations et pour l’égalité de l’Association des Régions de France.

En 2008 elle devient membre du conseil d’administration de l’Agence Nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances. Naïma Charaï place son mandat sous le signe de la proximité avec les acteurs de terrain : les associations, les élus, les partenaires locaux en prenant mieux en compte les acteurs qui font la politique de la ville au quotidien. Convaincue de l’importance d’une politique nationale forte en faveur des habitants des quartiers, Naïma Charaï souhaite également valoriser et développer l’expertise et l’expérience unique en France de l’établissement public qu’est l’Acsé, qui finance aujourd’hui plus de 10 000 partenaires et près de 30 000 actions.
 L’égalité, la lutte contre les discriminations, la parité hommes/femmes et la laïcité étant ses sujets de prédilection, la nouvelle Présidente les portera comme priorités de son mandat pour l’Acsé et les mobilisera au service des objectifs politiques du gouvernement.