Les contributions écolos à la loi Egalité-Citoyenneté
Partager

téléchargementLes députés écologistes s’investissent pleinement dans la loi Egalité et Citoyenneté, dont l’étude a commencé en commission le mardi 14 juin.

Dans ce cadre, ils ont déposé un amendement abaissant l’âge de la majorité électorale à 16 ans. Cette, mesure défendue par les écologistes depuis plus de quinze ans permettrait de responsabiliser les jeunes, et de leur donner tôt le goût de la citoyenneté. Les expériences de nos voisins européens ont montré en effet qu’accorder le droit de vote à cet âge faisait diminuer l’absentéisme, les jeunes étant encore à cet âge dans un cadre stabilisé, et se sentant valorisés par une telle reconnaissance de leur opinion. En outre, au temps où les responsabilités pénales sont de plus en plus pesantes sur les épaules des 16-18 ans, il semble opportun de favoriser l’engagement des jeunes et de remettre l’acte citoyen du vote au cœur de la participation des jeunes générations à notre société.

Par ailleurs, si le service civique national doit être développé, il doit toutefois être strictement encadré pour ne pas se substituer aux stages et aux emplois. Ainsi les députés écologistes ont-ils prévu de limiter le temps de travail dans ce cadre à 24 heures hebdomadaires et de priver la personne publique de la faculté de conclure ce type de contrat, pour ne laisser qu’aux associations d’intérêt général ou reconnues d’utilité publique cette seule possibilité.

Concernant l’engagement des jeunes, les députés écologistes souhaitent que les plus de 16 ans, qui pourront devenir responsables de publication, n’aient plus besoin de l’accord de leurs parents. Il est en effet essentiel que les jeunes mesurent la confiance qui leur est faite. Par ailleurs, cette nouveauté ne changerait rien au régime de responsabilité qui leur est imposé.

Concernant l’engagement associatif, il est nécessaire que l’aménagement du temps de travail dans les universités soit reconnu pour les étudiants qui s’impliquent de façon importante dans une association. Il semble qu’un tel aménagement est plus judicieux que  la mise en place de validations  de formation au titre d’un engagement associatif ; une telle rémunération venant limiter la valeur désintéressée de l’engagement.

Les députés écologistes défendent par ailleurs l’idée de l’égalité devant l’accès à une alimentation en lien avec leur patrimoine naturel culturel et économique. Cette disposition reprend une proposition de loi qui avait été défendue par Brigitte Allain et adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Nationale.

Les députés écologistes réitèrent par ailleurs leur engagement pour les droits des enfants, qu’il s’agisse de l’interdiction des violences faites aux enfants, de la nécessité du maintien de lien des enfants avec un parent détenu, de la possibilité pour les jeunes de plus de 16 ans de demander seuls  leur émancipation, de la possibilité pour les jeunes de plus de 16 ans de saisir le juge aux affaires familiales, de donner leur sang. En outre, le mode d’habitat des enfants non sédentaires ne peut être pris en compte pour refuser leur inscription dans les écoles.

Signataires : Laurence Abeille, Brigitte Allain, Isabelle Attard, Danielle Auroi, Michèle Bonneton, Sergio Coronado, Cécile Duflot, Noël Mamère, Jean-Louis Roumégas et Eva Sas