Conjurer le danger
Partager

http://www.huffingtonpost.fr/cecile-duflot/vote-macron-second-tour_a_22060127/

 

Il n’y a pas eu de sidération collective, pas d’effroi généralisé le soir du 23 avril à la découverte du visage de Marine Le Pen sur les écrans de télévisions. Et pourtant son programme est aussi mortifère que celui de son père en 2002. Les mêmes relents xénophobes, racistes et homophobes sont aux fondements de sa pensée: préférence nationale, immigration zéro, suspension des accords de Schengen, rétablissement des contrôles aux frontières, déchéance de nationalité, défense de « notre identité de peuple », suppression du droit du sol, sortie de l’euro…

Quinze ans de gouvernements de droite, partis braconner sur les terres de l’extrême droite, et de gauche, qui ont joué avec le feu de la laïcité et de la déchéance de nationalité, pour ne citer que les thèmes les plus « marquants », ont fini par « civiliser » le discours du Front national, au point que notre société est aujourd’hui mithridatisée: le poison a tellement bien agi que nombre de nos concitoyens ne font plus la différence entre la République et ceux qui la combattent. C’est dire l’ampleur du danger qui menace notre démocratie.

Et si nous en sommes là, c’est que des fautes ont été commises et des lignes rouges ont été franchies. Notre départ du gouvernement était d’ailleurs un signe d’opposition clair et net. La proposition de déchoir de leur nationalité les binationaux condamnés pour actes de terrorisme fut le coup de canif de trop dans notre pacte social. Car la France, par son histoire, sa culture et sa place dans le monde, est cosmopolite, inclusive et diverse.

Nous sommes tous deux des adversaires d’Emmanuel Macron. Nous ne partageons pas sa ligne politique, nous continuerons à nous opposer à lui comme nous l’avons fait pendant qu’il était ministre de l’économie. Le projet de société qu’il envisage ne nous convient pas, mais il reste un républicain. Il ne croit pas à la supériorité d’une prétendue race blanche, il n’est pas antisémite, il n’est pas homophobe, il n’est pas sexiste, il ne confond pas musulman et islamiste, il ne veut pas fermer nos frontières et n’a pas un programme martial et potentiellement attentatoire aux libertés publiques.

Certains font le pari romantique que l’accession au pouvoir du Front national génèrera du chaos et que, de ce chaos, émergera un nouvel ordre dissimulé sous l’euphémisme populiste d’insurrection citoyenne. Mais nous avons que, jamais dans l’histoire, les situations de crise n’ont engendré l’avenir radieux. Seule la violence de l’État contre le peuple serait la conséquence funeste d’un vote majoritaire pour madame Le Pen.

D’autres hésitent à aller voter, car ils se sentent enfermés dans un combat qui n’est pas le leur. Ces hésitations sont légitimes, mais le libéralisme que l’on peut reprocher à Emmanuel Macron ne saurait être placé à égalité avec l’héritage fasciste de madame le Pen.

D’aucuns, enfin, peuvent se sentir hors de danger, car ils ne figurent pas parmi les premières victimes que la candidate de l’extrême droite a déjà désignées: les homosexuels, les immigrés, les noirs, les arabes, les femmes.

Or, nous devons tous nous sentir concernés, car c’est notre identité collective qui est en péril. Si cela peut sembler grandiloquent, c’est que notre conscience s’est endormie. C’est cela qui est choquant, nous n’arrivons plus à mesurer le danger: nous le méprisons et nous nous en rions. C’est une erreur.

Alors que la démocratie est en danger, nous n’avons aucun doute. Voter pour Emmanuel Macron n’est pas un vote d’adhésion, mais un vote de protection et de solidarité et dans cette nécessité de protéger notre belle République, chaque voix compte.

 

Noël Mamère et Cécile Duflot, le 01/05/2017.